Pigment Marker par Winsor & Newton

Le Pigment Marker: une nouvelle vision du feutre par la maison Winsor & Newton

pigment marker winsor & newton

Lorsqu’on me l’avait annoncé, je n’y croyais pas. Un feutre à alcool qui résiste au temps et à la lumière à base de pigments. Moi qui adore le feutre en tant qu’outil d’artiste et qui cherche à explorer ses possibilités, cette nouvelle a attisé toute ma curiosité.
Il est donc sorti fin novembre 2015 sur le marché international: le Pigment Marker.

Le Pigment Marker, une promesse pour l’avenir

Contrairement aux idées reçues, le feutre est un moyen d’expression graphique que beaucoup d’artistes adorent. Il se suffit à lui-même, pas besoin de pinceau, d’auxiliaire ni d’accessoire. L’écueil principal des artistes professionnels par rapport au feutre est son manque de solidité à la lumière. Cela veut dire que le dessin colorisé au feutre exposé à la lumière va se ternir au fil des jours. Comme l’ensemble des feutres répondent à un mélange eau + colorant ou alcool + colorant, les œuvres mises à la lumière ne résistent pas.
Le Pigment Marker change la formulation classique en amenant: alcool + additifs + pigment. Qui dit pigment, dit résistance à la lumière et au temps.

Le Pigment Marker, présentation

pigment marker winsor & newtonCe feutre à alcool présente un design asymétrique très épuré et moderne. D’un bout à l’autre de la gaine de couleur blanche, on retrouve les informations de couleur et pigment. La forme du capuchon permet de distinguer les pointes.
Le Pigment Marker dispose d’une double pointe:
pointe biseautée large: biseau de taille moyenne (moins épais que les Promarker) avec un grip circulaire.
pointe fine: plus dure et plus fine que celle des feutres à alcool habituels avec un grip triangulaire.
Le capuchon de la pointe biseautée indique le numéro du feutre. J’avoue que c’est pratique quand ils sont stockés à la verticale et qu’on cherche sa couleur.
Ne soyez pas trop brusque lorsque vous remettez le bouchon de la pointe biseautée. A l’intérieur du bouchon il y a une finition plastique qui peut abîmer votre pointe si vous y allez trop fort.
Le fabricant conseille de stocker les Pigment Marker à l’horizontale pour empêcher les pigments d’obturer les pointes.
Comme le liant reste l’alcool, il faut reboucher le feutre après utilisation sinon il séchera aussitôt.
Il présente un nuancier de plus de 100 couleurs. Le Pigment Marker ne se recharge pas.

 

L’utilisation du Pigment Marker

Je peux simplement dire qu’il m’a dérouté dès la première utilisation. Avec mes bons vieux réflexes, je me mets à faire des petits tests comme si j’utilisais n’importe quel feutre classique. Je me suis bien trompée! Ce feutre dépose une couche très fine mais bien réelle de matière sur la surface. Contrairement aux feutres à alcool classiques où l’encre est absorbée immédiatement par le papier, là, elle reste longtemps en surface.
pigment maker padIl faut absolument utiliser le papier associé au feutre. J’ai testé d’autres papiers: 80g/m², 120g/m² 200g/m² de différentes textures: ils pluchent au bout de 3 passages.
Pour mélanger, j’emporte automatiquement la couleur précédente avec le 2e feutre et laisse apparaître un tracé, une touche bien nette.
Le feutre à alcool classique à base de colorant, a contrario, se laisse absorber par le papier et sèche immédiatement. Les contours sont flous et estompés presque naturellement.
Le Pigment Marker bouscule mes habitudes et il faut donc tout repenser:

Il faut avoir un mouvement continu et énergique en sachant où
s’arrêter. Je recommande de réserver le blanc du papier pour les zones ultra-lumineuses (tracez-les au crayon de couleur pour vous aider). Il faut laisser un petit temps de séchage pour que la couche se fixe, sinon, tout va se faire emporter par la pointe du feutre suivant.
Il faut aller du clair au foncé semble être plus judicieux dans la plupart des cas (j’allais en général du foncé au clair).

Estomper au Pigment Marker

pigment marker blancle blender incolore: celui vient délaver la couleur, un peu comme une javel, il atténue sa présence. Rien de nouveau, les autres blenders font cela.

le blender blanc: c’est nouveau dans le monde du feutre à alcool. C’est le plus résistant à la lumière de toute la gamme puisqu’il s’agit d’un blanc de titane. C’est le pigment blanc le plus couvrant et résistant dans la nature. Lié à l’alcool, il va se superposer à la couche pour créer une nouvelle teinte, moins saturée. Dans la réalité, il fait pâle figure par dessus un Bleu de Prusse et ne le couvre pas comme une pigment marker blender blancpeinture en pâte. Il se révèle intéressant pour dégrader des zones de couleur. Il ne fera jamais
aussi blanc que le papier. Il faut trouver le bon équilibre.

le mouchoir en papier: alors là, c’est mon truc à moi! Quand ma surface me semble
trop chargée, trop humide mais que les couleurs sont là, je prends un petit bout de mouchoir en papier et j’essuie d’un geste la surface. Et hop! C’est estompé. Le coup du chiffon, c’est vieux comme le monde en peinture mais dans le monde du feutre, c’est nouveau.

 

Conclusion sur le Pigment Marker

C’est un feutre que je destine aux artistes avancés ou professionnels du graphisme. Pourquoi? Ce feutre utilise de la matière de grande qualité qu’il serait dommage de ne pas utiliser à plein potentiel. Il demande aussi une maîtrise des ombres et des lumières et une gestuelle affirmée. Dernier détail, son prix le place plutôt au sommet des feutres existants et requiert un budget.
Pour moi, il peut devenir un outil très intéressant pour les métiers de l’animation, de la publicité et de la BD lors de la création de roughs poussés. Lorsqu’en animation, en story-board, en concept art, on recherche des ambiances colorées, des formes simples, des contrastes forts, il convient très bien. De plus, au lieu de reléguer tous les travaux préparatoires au placard pour les jeter, certains petits chef-d’œuvres réalisés avec ce feutre peuvent enfin être exposés et vendus sans crainte que le client ne voie son achat disparaître dans son cadre.

pigment marker réalisme