Le ruban de masquage

Comment faire tenir sa feuille sur un support

Test de ruban de masquage à l’aquarelle sur papier Arches

Lorsqu’on peint sur une feuille libre, que ce soit en acrylique, aquarelle, encre ou gouache, on peut avoir envie de bien délimiter ses bords pour qu’ils soient bien nets ou bien conserver des zones linéaires blanches. En technique humide, il est fort possible que la feuille gondole lorsqu’on peint à base d’eau, notamment sur des surfaces larges. Pour lutter contre ce désagrément ou pour faire des marges bien nettes, il faut utiliser un ruban de masquage.

Continuer la lecture

Avec ou sans cadmium dans vos peintures ?

Peinture acrylique avec ou sans cadmium

La maison Lefranc Bourgeois a redéveloppé sont acrylique haut de gamme Liquitex Heavy body il y a pas si longtemps mais avec quelques petits changements avec le nouveau look de ses tubes. Mais la différence notable est la création de peintures acryliques sans cadmium.

Le cadmium est reconnu pour sa toxicité, y compris dans la peinture. De plus, quand la palette est nettoyée, la peinture au cadmium est libérée dans les conduits d’eau et devient un polluant.

Continuer la lecture

Acrylique: apprêter une feuille de papier au gesso

Lorsqu’on s’apprête à faire une peinture d’illustration, on utilise en général le papier comme support. Un illustrateur peut faire appel à une technique de détrempe (encre, aquarelle, gouache) ou en pâte (acrylique à 80% des suffrages).

Il ne faut pas choisir n’importe quel papier pour travailler à l’acrylique. Cette peinture aime beaucoup le papier car celui-ci absorbe une partie de son liant. Cela accélère donc le séchage de l’acrylique et on peut difficilement travailler dans le frais. De fait, les aplats et les dégradés sont durs à exécuter.

Il existe quelques papiers dédiés à l’acrylique (Canson Figuera, Acrylic de Clairefontaine). Ils garantissent l’adhésion parfaite des polymères et leur surface est spécialement enduite pour travailler le plus longtemps possible dans le frais. Ce sont des papiers épais de plus de 300g/m².

Pour garantir une parfaite accroche des polymères et donner une texture à mon illustration, j’apprête ma feuille au gesso.
Il faut toutefois prendre des précautions avant d’enduire la feuille.

Ici je m’apprête à travailler sur un format raisin à l’acrylique extra-fine.

ICO-papier Papier Guardi artistico 360g/m²
 ICO-pinceaux Pinceaux Spalter n°20 Da Vinci 5073, Spalter n°30 Da Vinci Impasto
 ICO-couleurs Peintures
 ICO-accessoires Auxiliaires Gesso Lascaux
 ICO-auxiliaires Accessoires Scotch de masquage TESA 25 mm

 

Je trace une marge de 2cm sur ma feuille au crayon graphite.Je place ma feuille format raisin sur un support solide (carton, plaque en bois, etc.). Ici j’utilise un carton mousse de même taille. Je maintiens temporairement ma feuille au carton avec deux pinces.
Je colle la feuille au carton en utilisant du scotch de masquage TESA. Mon but est d’assurer le bon maintien de la feuille pendant l’apprêt.
J’applique le gesso au spalter sur toute la feuille y compris sur le scotch de masquage.
Je replace une 2e couche de scotch et cette fois, je m’arrange pour qu’il couvre complètement ma marge de 2 cm prévue au départ.
 Je pose une couche de gesso sur la nouvelle bande de scotch avec un spalter aux poils un peu plus durs.
 La feuille se met à gondoler. C’est normal car le gesso crée des tensions dans les fibres de papier. C’est pour cela qu’il est important de prendre une marge d’au moins 2 cm pour maintenir le papier en place.
 Le gesso sec, la feuille est de nouveau lisse et bien tendue. On peut commencer à travailler.