Le carnet d’écriture ou bullet journal

Carnet Leuchtturm1917 ligné A5

L’écriture fait partie de notre vie au quotidien. Qu’elle soit au stylo, au feutre, au gel, on écrit sur du papier pour une lettre, un devoir, un journal intime, une prise de notes. Ici, je voudrais parler du carnet A5 dont je me sers régulièrement pour apprendre, illustrer et prendre des notes. J’ai plusieurs carnets de marques différentes que j’ai testés et voici ce que j’en retire.
Pourquoi le choix du A5 comme format ? Contrairement au A4, il est plus facilement transportable dans un sac à main et il reste suffisamment lisible par rapport à un format inférieur. Je peux illustrer et écrire partout avec lui. Cela m’aide beaucoup à travailler. Pour dessiner, j’utilise différents types d’accessoires : stylos, crayons, tampons, masking tape, souvenirs, photos, etc.

Continuer la lecture

Acrylique: apprêter une feuille de papier au gesso

Lorsqu’on s’apprête à faire une peinture d’illustration, on utilise en général le papier comme support. Un illustrateur peut faire appel à une technique de détrempe (encre, aquarelle, gouache) ou en pâte (acrylique à 80% des suffrages).

Il ne faut pas choisir n’importe quel papier pour travailler à l’acrylique. Cette peinture aime beaucoup le papier car celui-ci absorbe une partie de son liant. Cela accélère donc le séchage de l’acrylique et on peut difficilement travailler dans le frais. De fait, les aplats et les dégradés sont durs à exécuter.

Il existe quelques papiers dédiés à l’acrylique (Canson Figuera, Acrylic de Clairefontaine). Ils garantissent l’adhésion parfaite des polymères et leur surface est spécialement enduite pour travailler le plus longtemps possible dans le frais. Ce sont des papiers épais de plus de 300g/m².

Pour garantir une parfaite accroche des polymères et donner une texture à mon illustration, j’apprête ma feuille au gesso.
Il faut toutefois prendre des précautions avant d’enduire la feuille.

Ici je m’apprête à travailler sur un format raisin à l’acrylique extra-fine.

ICO-papier Papier Guardi artistico 360g/m²
 ICO-pinceaux Pinceaux Spalter n°20 Da Vinci 5073, Spalter n°30 Da Vinci Impasto
 ICO-couleurs Peintures
 ICO-accessoires Auxiliaires Gesso Lascaux
 ICO-auxiliaires Accessoires Scotch de masquage TESA 25 mm

 

Je trace une marge de 2cm sur ma feuille au crayon graphite.Je place ma feuille format raisin sur un support solide (carton, plaque en bois, etc.). Ici j’utilise un carton mousse de même taille. Je maintiens temporairement ma feuille au carton avec deux pinces.
Je colle la feuille au carton en utilisant du scotch de masquage TESA. Mon but est d’assurer le bon maintien de la feuille pendant l’apprêt.
J’applique le gesso au spalter sur toute la feuille y compris sur le scotch de masquage.
Je replace une 2e couche de scotch et cette fois, je m’arrange pour qu’il couvre complètement ma marge de 2 cm prévue au départ.
 Je pose une couche de gesso sur la nouvelle bande de scotch avec un spalter aux poils un peu plus durs.
 La feuille se met à gondoler. C’est normal car le gesso crée des tensions dans les fibres de papier. C’est pour cela qu’il est important de prendre une marge d’au moins 2 cm pour maintenir le papier en place.
 Le gesso sec, la feuille est de nouveau lisse et bien tendue. On peut commencer à travailler.