AMBERT: Musée historique du papier

Auvergnate que je suis, je ne peux passer à côté d’une petite visite à Richard-de-Bas à Ambert. En contrebas d’une vallée, couvert de verdure, ce moulin a survécu à des siècles d’histoire et témoigne d’un savoir-faire ancestral à fabriquer le papier.

L’HISTOIRE

La première utilisation de ce moulin en tant que moulin à papier remonte à 1326. Le secret de la fabrication du papier a été ramené par trois croisés d’origine auvergnate emprisonnés à Damas pendant la 2nde croisade.
En 1463, Antoine Richard, descendant d’un de ces croisés achète le moulin. Il reste en activité jusqu’en 1943.
Par la volonté de Marius Péraudeau, le moulin laissé à l’abandon est racheté et remis en état de fonctionnement pour devenir un lieu de savoir et d’apprentissage. On réussit même à fédérer les moulins avoisinant pour refaire du papier avec la méthode ancestrale.

Entrée du moulin Richard-de-Bas

LA VISITE

On commence par la visite des lieux d’habitation du papetier et de ses apprentis. On découvre la façon dont ils vivaient du Moyen-Age jusqu’au XIXe siècle et les objets qu’ils utilisaient au quotidien. Il faut savoir qu’être papetier était un sacerdoce. On vivait dans le même lieu sans sortir toute l’année. De plus, un papetier était persuadé de posséder un secret unique de fabrication donc il enfermait ses apprentis avec lui dans le même logement.

LA PRODUCTION

Le moulin est alimenté par une roue qui déverse de l’eau dans la cuve où les chiffons sont battus par les piles à maillets.
Ce sont de gros marteaux armés de clous qui déchirent le chiffon pour en faire de la pâte.
Au fur et à mesure que les maillets frappent, le chiffon mêlé à l’eau prend la forme d’une pâte blanche épaisse.
La cuve de puisage accueille la pâte composée à 10% de fibres pour 90% d’eau. L’ouvreur mélange la pâte au bâton et à la main. Il plonge une forme dans l’eau et récupère une quantité de pâte qu’il répartit de manière homogène avec un mouvement de balancier.
A Richard-de-Bas, la production d’été comprend des inclusions de pétales de fleurs.
Après avoir enlevé la couverte (cadre mobile entourant la forme), la feuille de papier apparaît sur la forme mais elle est encore trop gorgée d’eau et trop fragile.
On retourne la forme et on dépose la feuille humide sur un feutre.
On renouvelle l’opération 100 fois pour obtenir 100 feuilles et 101 feutres empilés. On appelle la pile obtenue une porce.Cette porce est ensuite pressée à l’aide d’une presse à cabestan. La pression peut aller jusqu’à 40 tonnes. Ensuite, on encolle les feuilles en les plongeant dans une cuve de résine de pin afin que les fibres soient solidement tenues les unes aux autres et pour que le papier permettent l’écriture et le dessin.
Les feuilles ainsi pressées sont mises à sécher au séchoir, à califourchon sur des cordelettes selon la méthode ancienne, ou tenues par des épingles à linge, selon la méthode moderne.

On procède ensuite au laminage qui aplatit définitivement la feuille par pression.
Richard-de-Bas est le lieu moulin à papier à la fois historique et artisanal. Les feuilles sont toujours filigranées avec le motif datant de 1326.

 

RICHARD-DE-BAS AUJOURD’HUI

Ce site unique est un lieu touristique incontournable en Auvergne. Des visites sont d’ailleurs organisées tous les quarts d’heure en haute-saison pour 1h de découverte du métier de papetier.

La production annuelle de feuilles blanches se vend auprès des artistes aquarellistes qui apprécient la qualité de sa fabrication.
Par ailleurs, les papiers à inclusions peuvent servir à la réalisation de faire-parts, menus, diplômes, etc.
Il sert également en restauration de livres et en reliure.

Ce papier, si on prend un grammage inférieur à 200g/m², peut être un support d’impression sur jet d’encre et au copieur laser sans risque. Les grammages épais risquent soit de bourrer l’imprimante soit d’être aplatis lors du passage au four sur l’impression laser.

 

Richard-de-Bas est intimement lié à l’aventure de Canson car les Montgolfier était une grande famille de papetiers à Ambert, bien avant son implantation à Annonay.

Moulin Richard de Bas
63600 Ambert

Tel. 04 73 82 03 11

www.richarddebas.fr

 

Ouvert toute l’année, 7j/7
sauf le 25 décembre et le 1er janvier

Chaque jour, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h
NON STOP en Juillet et Août, de 9h30 à 19h

ANNONAY: La ville Canson

Peut-être avez-vous noté lors de vos achats en magasin que la célèbre pochette à dessin format raisin s’appelle « Annonay »? Un nom curieux pour une pochette? Pas tant que ça! C’est le nom d’une ville située au nord de l’Ardèche qui va bouleverser le monde du papier d’art en France au XIXe siècle. Une famille va se démarquer pour deux innovations majeures: la montgolfière et le papier!

Maison historique des frères Montgolfier

En voulant rejoindre l’Auvergne depuis la Drôme, j’ai souhaité m’arrêter à Annonay. Je savais que cette ville s’était rendue célèbre au XVIIIe siècle par les frères Montgolfier réalisant leur célèbre montgolfière. J’ignorais qu’ils étaient également à l’origine du célèbre papier Canson.

L’HISTOIRE

On raconte que Jean Montgolfier, ancêtre de la famille du même nom, est parti en croisade au XIIe siècle et a été fait prisonnier à Damas. A l’époque Damas est une étape importante de la route de la soie et les Arabes ont appris à faire le papier. Ainsi Jean Montgolfier a fabriqué du papier durant son emprisonnement. Lors de la libération, il est revenu avec deux autres croisés dans sa région natale, en Auvergne.
Armé du secret de la fabrication du papier, il en fait l’objet de son travail et de son commerce en Haute-Loire.

Son descendant, Jacques, papetier à Ambert, décide de quitter la région pour la ville d’Annonay en 1557. Les guerres de religion dévastent la France et il sent que sa foi protestante serait plus à l’abri en Ardèche. Il s’installe à Vidalon, à côté d’Annonay.

En 1634, la famille Johannot aussi originaire d’Ambert s’installe à Annonay. Fils de papetiers, les frères Mathieu et Barthélémy Johannot achètent un moulin à blé et le tranforment en moulin à papier. La Deûme est un ruisseau d’eau suffisamment pure pour servir à la fabrication de la pâte à papier. La famille Montgolfier présente aussi à Annonay assoit ses positions en unissant leur famille à la famille Chelles, dont les membres sont aussi papetiers.

Au XVIIIe siècle, la papeterie bat son plein en basse Auvergne et dans le Vivarais. On produit un beau papier chiffon à la forme vergée et filigranée, c’est-à-dire avec une trame lignée et un filigrane marquant l’origine du papier. Seulement on regrette le parchemin et le bel aspect lisse du vélin (peau de veau mort-né). Alors, en 1777, les Montgolfier parviennent à créer la première feuille de papier chiffon vélin, sans aspérité. Louis XVI annoblit la famille pour leur innovation.

Rouleaux à filigranes

Plus tard, Pierre Montgolfier débauche un ouvrier hollandais pour obtenir le secret de la blancheur du papier de ce pays. La pile hollandaise est une machine qui déchire les chiffons en circuit fermé grâce à un cylindre effilocheur. La pâte obtenue est bien plus blanche que la pâte française.
La Manufacture Montgolfier doit se restructurer complètement et faire construire de nouveaux équipements pour s’adapter au changement. Petit à petit, on passe de l’artisanat à l’industrie.

Schéma de pile hollandaise

En 1799, c’est Barthélémy Barou de la Lombardière de Canson, gendre d’Étienne de Montgolfier, qui prend la direction de la papeterie. Il lui donne son nom. Il investit dans de nouveaux équipements. Il rachète le brevet de la machine à papier qui permet de réaliser le papier non plus à la feuille mais au rouleau.

Machine à fabriquer le papier au XIXe siècle

DES PAPIERS INNOVANTS

1777: le papier vélin français
1809: le papier à calquer et coloration des pâtes (Napoléon en pleine guerre trouvera le temps de décerner le brevet d’invention à Canson)
1827: Amélioration du collage de la pâte. Apparition du Papier Canson tel que nous le connaissons.
1853: le papier photographique avec le développement de la photographie comme art à part entière.
1877: Plus de 700 références de papiers apparaissent au catalogue Canson & Montgolfier.
1887: Van Gogh peint sa Cabane aux Tournesols sur du papier Canson & Montgolfier.

 

CANSON AUJOURD’HUI

Canson n’a jamais cessé d’être innovant depuis la création de sa manufacture en 1557.
En 1947, l’entreprise produit une pochette adaptée aux besoins scolaires, la Pochette Canson. Le Canson devient même un nom commun pour désigner un bon papier à dessin.
Après de multiples fusions avec des papetiers français (Arches notamment) et même étrangers, Canson a consolidé sa position de leader en tant que producteur de papiers d’art en France. La production à Annonay n’est plus aussi intense qu’à la moitié du XXe siècle. Les usines se sont délocalisées en Chine, à la source même du papier.

Les dernières innovations de Canson s’adaptent aux nouvelles technologies: Canson Infinity est un papier d’art pour imprimante jet d’encre haute-qualité, Canson Art-Board allie le contrecollé aux gammes de papiers d’art (Montval, Figueras, Arches), etc.

 Test du Canson Art-Board

Le musée contient beaucoup de lecture avec une collection d’outils nécessaires à la fabrication du papier. Le sous-sol est très impressionnant avec la grande machine à papier en fonctionnement. On se rend compte que les ouvriers ne voyaient jamais le jour et vivaient confinés dans l’usine car ils avaient la messe à côté des machines. C’est une visite intéressante pour les adultes, pas forcément adaptée aux jeunes enfants.

 

Musée des Papeteries Canson & Montgolfier
Vidalon
07430 Davézieux
Tel : 04 75 69 89 20

Toute l’année :
le mercredi et le dimanche de 14h30 à 18h00
(sauf le jour de Pâques)
Du 1er juillet au 1er septembre :
tous les après-midi de 14h15 à 18h00

ROUSSILLON: à l’origine de nos ocres

Au détour de ma route vers Avignon, je me suis arrêtée à Roussillon. Petit village étonnant au cœur de la Provence, il est à l’origine de notre peinture.


Notre palette de peintre ne peut se passer de couleurs terre. Terre de Sienne, terre d’Ombre, ocres, tels sont les pigments indispensables pour composer notre gamme chromatique.

Si la plupart des pigments terre viennent d’Italie, de Chypre ou d’Espagne, les ocres viennent de France. En effet, en Provence, près de la ville d’Apt, on est ébloui par une terre couleur rouge qui supporte des pinèdes à flanc de montagne. On l’appelle le Colorado provençal. Les ocres du Vaucluse sont des pigments naturels solides à la lumière. Composées d’argile blanche ou kaolin, d’oxydes de fer jaunes ou rouge  et de silice, les ocres de Vaucluse forment le plus grand massif ocrier d’Europe et s’étend sur 25 km de long sur 4 à 5 km de large.

Le Conservatoire des Ocres a repris l’Usine Mathieu qui produisait de l’ocre entre 1921 et 1963 pour en faire un musée historique. On découvre les différentes étapes de production d’ocre jusqu’à son expédition.

Strates d’ocre jaune et ocre oxydé

L’HISTOIRE

Cette terre rouge alimentait les fours de 20 usines autour du village de Roussillon du XIXe au milieu du XXe siècle.
Au XVIIIe siècle, Jean-Etienne Astier parvient à séparer le sable de l’ocre au moyen d’un pétrin de boulanger. L’exploitation de l’ocre est alors lancée dans Roussillon. De grandes carrières d’extraction d’ocre faisaient vivre les mineurs sur toute l’année. Le conservatoire des ocres était l’Usine de production d’ocre créée par Camille Mathieu.
Les usines produisaient une ocre jaune très pure et très réputée dans la maçonnerie, les beaux-arts en tant que pigment. En tant que charge dans le latex, elle rendait le caoutchouc malléable pour fabriquer des joints, des rustines, des chambres à air…

5% de cette ocre jaune produite était calcinée en four pour devenir une belle ocre rouge.

A la belle époque, on produisait 40000 tonnes par an.

LES OCRES AUJOURD’HUI

Aujourd’hui on ne compte qu’1 tonne produite essentiellement pour les beaux-arts et la maçonnerie. Une seule usine est encore en activité.
On est capable de produire une gamme très large d’ocres allant du jaune au brun à Roussillon.
Elles s’accordent parfaitement entre elles et permettent de travailler sans erreur chromatique.

La plus grosse commande en cours vient du Maroc pour pouvoir enduire à la chaux de nouvelles habitations. Ces ocres sont chaudes et rappellent les couleurs de la Méditerranée.

Village de Roussillon

D’autres sites ocriers existent en France, notamment en Bourgogne, mais le Vaucluse reste privilégié pour sa qualité et sa finesse de pigment.

Le Conservatoire des Ocres

Usine Mathieu

84220 ROUSSILLON

Toute l’année de 9h à 18h (9h-19h en juillet-août)
fermé 25 déc, 1er janv, lundi et mardi de décembre et janvier

www.okhra.com