L’acrylique

peinture acrylique marque étude fine

Si la peinture à l’huile prend racine dès le XVe siècle chez les Flamands et se développe au fil des siècles avec un perfectionnement quasiment atteint de nos jours, la peinture acrylique au contraire est une peinture récente et liée à la modernité et à l’industrie. Ses propriétés de séchage rapide et son besoin d’eau comme unique diluant l’ont propulsée très rapidement sur le marché du peintre. On la trouve à présent en pot, en tube, en marqueur, en encre, en bombe spray avec des qualités variables: étude, fine, extra-fine… Elle est tellement présente qu’on ne sait distinguer une peinture d’une autre.

Je vais donc dans cette rubrique décortiquer un peu cette peinture acrylique: son histoire, sa composition, avec quoi utiliser (notamment le fameux gesso pour acrylique), sur quelle toile ou quel papier faire de l’acrylique et les distinctions entre les marques d’acryliques (Lefranc & bourgeois, Old Holland, Sennelier, Lukas, Daler-Rowney, Golden, Liquitex, Talens, Lascaux, etc)
Mais tout d’abord, un peu d’histoire!

La peinture acrylique: la peinture de l’ère moderne

La peinture acrylique commence à prendre sa forme primitive au milieu du XIXe siècle en Allemagne. Nous sommes en pleine révolution industrielle et la chimie prend toute sa place dans les recherches scientifiques. On découvre alors une résine synthétique produite par polymérisation de l’acroléine. Il faut attendre le début des années 1930 pour voir arriver les premiers produits dérivés de cette résine acrylique car le processus de fabrication est longtemps resté coûteux et réservé aux applications industrielles (peintures murales, pour automobile, etc.)
On voit apparaître les premières peintures acryliques pour artistes aux Etats-Unis à New York chez Bocour Artist Colors. En 1949, Leonard Bocour propose Magna: une peinture à base de pigment broyé avec de la résine acrylique et des solvants. Elle ne se mélangeait qu’avec de l’essence de térébenthine et avait un rendu très brillant. Sam Golden rejoint son oncle Leonard dans l’entreprise qui devient progressivement la marque Golden. Rothko et Pollock en étaient fan.
En 1956, toujours aux Etats-Unis, l’entreprise Permanent Pigments propose la première acrylique à l’eau et le premier gesso acrylique: la marque s’appelle Liquitex. Wahrol les utilisaient abondamment.
L’introduction en Europe se fit plus tard, au début des années 60, grâce au marchand de couleurs britannique, Rowney (à présent Daler-Rowney) qui lance Cryla. Très rapidement, d’autres fabricants de couleurs européens, le français Lefranc & Bourgeois, le suisse Lascaux et le néerlandais Talens, proposent leurs peintures acryliques.
Vers la fin des années 1960, la peinture acrylique devient très populaire et appréciée par les artistes contemporains qui voient en elle de nouvelles possibilités. Elle s’utilise aussi en restauration d’œuvres d’art.