Le feutre à alcool

Quand on aime le manga, quand on dessine des rough en études artistiques, on entend parler de feutres à alcool. Promarker, Touch, Copic, Graph’it, de nombreuses marques de feutres à alcool sont présentes en magasin de matériel d’art mais entres ces marques, on ne sait pas vraiment quoi choisir. Avant toute chose, il est important d’expliquer ce qu’est un feutre à alcool, quel papier utiliser et à quoi sert le fameux blender des feutres à alcool qui, au final, n’est pas vraiment un blanc.

Le feutre à alcool, c’est le lien entre traditionnel et numérique

Qu’est-ce que le feutre à alcool?

Tout d’abord, le feutre à alcool est une catégorie de feutres réservée à l’activité professionnelle du dessin et du rough. Il se présente sous la forme d’une gaine de plastique cylindrique dans laquelle on insère la mèche qui contient l’encre. Les deux extrémités sont fermées par des pointes de différentes formes. Les pointes peuvent être: rondes, fines, pinceau, larges, biseautées.
Le feutre répondait à une demande de colorisation rapide, efficace dans un contexte de création: pub, story-boarding, animation, recherche d’ambiance, logos, design d’objets, mode, architecture… Il s’utilise aussi dans le domaine du manga et de la BD.
Dans le corps du feutre à alcool, l’encre à base d’éthanol s’évapore rapidement. Une fois sèche, la couleur de ces feutres devient indélébile. La transparence de l’encre permet des superpositions de tons très facilement à condition de travailler sur des surfaces blanches lisses.

Quels sont les accessoires indispensables à ce feutre?

Pour le papier :

  • Papier layout 75 g/m² si vous faites des recherches avec peu de couches de feutre à alcool (en rough par exemple)
  • Clairefontaine Bristol ou Canson Bristol, , The Wall de Canson, papier Kent japonais, bref, un papier de type lisse ou extra-lisse, de grammage supérieur à 200g/m², si vous voulez travailler en couches et revenir plusieurs fois sur vos couleurs (en illustration par exemple)

Pour les contours ou traits :

Le diamètre de la mine peut varier de 0,03mm à 1,0 mm.

Exemples de feutres à alcool

Trois feutres à alcool à tester: Graph’it, Promarker, Copic Ciao

Test du feutre à alcool Graph'it et Copic sur papier layout
Test de teintes chair sur layout
Test des feutres à alcool Promarker, Graph'it et Copic sur Bristol Clairefontaine
Test de teintes chair sur bristol
Test de nuances de gris de Graph'it, Copic et Promarker sur papier layout
Test de nuances de gris sur layout

Le feutre à alcool blender est-il un blanc?

Blend en anglais veut dire mélange. Ce terme particulièrement mal choisi et pourtant entré dans notre jargon de dessinateur désigne un feutre à encre alcool incolore. Il ne vient en aucun cas ajouter du blanc à votre couleur, il va la délaver, un peu comme une eau de Javel. Il est intéressant pour créer des zones tamisées de lumière car il va faire fuser l’encre couleur et adoucir le trait: textures veloutées comme le velours, la soie, des arrière-plans fondus dans le ciel.
On peut aussi l’appliquer en amont, c’est-à-dire avant la couleur, pour préparer la surface et faire en sorte que la couleur s’étale plus vite. C’est un peu comme mouiller le papier avant de faire son aquarelle. Cela fait des ambiances colorées très pastel.

Ce qu’il ne faut pas faire avec un feutre à alcool

  • Un papier inadapté au feutre : les papiers à grain ou épais sont à éviter. Non seulement ils boivent l’encre mais ils abîment la pointe.
  • Un travail à même sur l’esquisse au crayon graphite : Pour un travail au feutre à alcool en général, il est souhaitable de séparer l’esquisse de la colorisation. Les particules de graphite viennent boucher la pointe et donc l’abîment. De toute façon, il suffit de regarder à quel point bave le graphite dès qu’on passe un feutre de couleur claire.
  • Un trait au stylo-feutre non adapté au feutre à alcool : attention au stylo noir qui sert de contour !! Il faut des stylos spéciaux qui résistent à l’alcool sinon tout va baver et tout sera à recommencer. Autre solution: appliquer le feutre de contour en dernier sur le dessin!
  • Exposer un travail au feutre à alcool à la lumière. Le feutre à alcool subit une forte décoloration face aux rayons U.V. Ceci est dû à la faible solidité des colorants ajoutés à la base alcool. Il est donc important de conserver ses travaux à l’abri de la lumière (book, classeur) ou de les faire encadrer avec un verre anti-UV (c’est plus cher qu’un verre classique).

Pour en savoir plus sur les marques de feutres à alcool disponibles sur le marché, voici quelques articles :
L’excellent feutre à alcool japonais Copic
Le célèbre Promarker de Winsor & Newton
Le feutre à alcool Graph’it
Le discret et pourtant intéressant Touch Twin de Shin Han
Le récent Towbow ABT Pro

Est-ce que cet article vous a intéressé?

10 réflexions sur « Le feutre à alcool »

  1. pas mal cette article ! par contre je suis pas d’accord sur des point ? déjà quand tu utilise des feutres t’es pas obligé de faire un line aussi je sais pas si c’est à cause du layout ou quoi. normalement si tu passes assez sur les trase des crayon avec le feutre ils vont disparaître (bien sûr si ils sont pas trop gras) et pour le truc du graph’it qui bave dès qu’on passe le feutre sur une couleur claire sa peut être tellement une force et faire des effets cool . enfin j’ai détesté le papier layoute . (vraiment désolé pour l’orthographe )

    • Effectivement, on est pas obligé de faire un lineart avant de travailler au feutre à alcool. On peut très bien faire ses couches « à froid », sans rough passé à la table lumineuse. Personnellement, je n’ai jamais travaillé comme ça pendant mes études d’art mais je sais que ça se pratique. Pour le graphite, je préfère prévenir les utilisateurs du risque de gâcher un dessin en laissant le graphite baver au contact d’un feutre à alcool clair. Non seulement, ça abîme la pointe du feutre mais en plus, ça peut créer une grosse déception pour quelqu’un qui a passé du temps sur son dessin. Je ne conteste en rien les effets qu’on peut avoir en utilisant le graphite mais mieux vaut prévenir que guérir.

  2. Salut, et le trait à la plume à l’encre de chine? ça va baver dessus où pas? et est-ce qu’on peut mélanger les feutres à alcool de marques différentes? Merci

  3. Bonjour, merci pour votre article très complet !

    J’utilise les fineliner UniPin Fineline pour faire les tracés de mes dessins, et même si ça ne bave pas quand l’encre touche le tracé, si je passe carrément dessus avec mon feutre à alcool (au lieu de contourner le trait) cela va laisser une trace noire derrière (ça ne bave pas mais c’est comme si l’encre noire n’étais plus sèche et était emportée avec mon encre du feutre à alcool et cela forme des traînées noires peu esthétiques).

    Donc je voulais vous demander, est ce que les multiliner de Copic sont plus résistants à ce niveau là ?
    Car je vois pas mal d’artistes sur Instagram par exemple passer à mainte reprises par dessus leur line art sans avoir le même problème que moi et c’est un peu prise de tête de devoir tout le temps faire attention à ne pas trop passer sur mon lineart.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire !

    • Bonjour,
      Les Copic Multiliners sont des feutres fins parfaitement adaptés au feutre à alcool. Je les utilise depuis 10 ans sans aucune déception. L’UniPin a tendance a baver, surtout sur des traits très appuyés où l’encre n’est pas forcément sèche (je viens de refaire les tests). Les Multiliners sont un peu plus chers mais le résultat est là.
      Cordialement,
      Alix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.