Le châssis à peindre

FavoriteLoadingAjouter à Coup de Coeur
Châssis entoilé vu de dos

Le châssis à peindre, faussement appelé « toile« , est un support de peinture qui se présente avec trois accessoires: les baguettes à châssis, la toile et les composants de fixation. Il est connu depuis le XVe siècle.

Histoire de la toile à peindre

A la Renaissance, le tissu a progressivement pris la place du panneau en bois pour peindre. En effet, le panneau est lourd à transporter et la peinture peut être facilement endommagée par des craquelures au niveau de la couche picturale.
Le tissu tendu sur un châssis a permis de résoudre le problème du poids et de l’élasticité du support.
Parmi tous les supports en tissu existants, c’est la toile qui a été retenue pour sa durabilité et le retour d’expérience acquis depuis des siècles. Le chanvre et le lin sont déjà connus pour équiper les voilages de bateau. S’ajoute plus tard le coton, vers la fin du XIXe siècle.
Le lin et le coton restent les plus prisés.

La toile

Pour choisir sa toile, il est important de prendre en compte le poids et la densité des fibres tissées. Ces informations sont difficiles à obtenir mais les fabricants donnent en général le grammage de la toile. Cela permet de savoir le poids au mètre carré. Ils font quand même attention aux toiles qu’ils proposent à la vente et sont garants d’une qualité satisfaisante pour recevoir la peinture.

On trouve de la toile en coton, lin ou polyester en magasin.

Illustration de fleurs de lin

Le lin a été découvert dès l’âge de Pierre et dans les tombeaux de l’Ancienne Egypte. Il a été clairement démontré qu’il était un tissu durable. Les bandelettes de lin des momies égyptiennes sont encore flexibles de nos jours.
Les fibres de lin proviennent de la plante Linum usitatissimum dont les fibres sont plus robustes que n’importe quelle autres fibres naturelles et peuvent atteindre entre 0,80 et 1,20m de hauteur.
Les fibres de lin sont rondes et non plates comme le coton, ce qui donne leur texture irrégulière. Chimiquement parlant, les fibres contiennent 70-80% de cellulose et la même huile que celle présente dans les graines de lin (huile de lin). La présence de cette huile permet aux fibres de rester flexibles. La texture irrégulière du lin est idéale pour la peinture figurative car elle donne de la profondeur au sujet.
Le lin est plus difficile à tendre que le coton et coûte 2 à 3 fois plus cher que lui.
Cela reste malgré tout la référence des toiles à peindre.

Illustration de fleur de coton

Le coton, comme le bois et le lin, a été utilisé depuis la Préhistoire, plus particulièrement en Orient. Il a commencé à être apprécié des artistes au XIXe siècle car son prix est moins élevé.
La fibre de coton est composée de pure cellulose et reste sensible à l’acide et la javel. De fait, seuls les tissus de coton non-délavés doivent être utilisés en peinture.
Il y a plusieurs aspects à connaître quand on utilise le coton comme support de peinture. En peinture figurative, le coton a une texture moins intéressante que le lin. Le grain est plus fin que celui du lin. De plus, il est moins résistant avec ses fibres plus courtes.
Le coton est moins durable que le lin en raison de l’absence d’huile. Le fibres de coton sont faites en cellulose vierge sensible à l’acidité. L’exposition à la pollution, l’acidité, les UV sur plusieurs décennies vont affaiblir la toile de coton. La fibre de coton a tendance à être élastique et sèche lentement quand elle est mouillée.
Néanmoins, le coton est un tissu intéressant pour les petits budgets. Il est convenable pour faire ses débuts ou peindre sur des supports moins chers. On trouve de très bons châssis entoilés de coton à présent.

Le polyester est une toile récemment introduite sur le marché du matériel d’art, depuis la fin du XXe siècle. C’est une fibre résistante, régulière, indifférente à l’humidité et supporte la chaleur. Son grain est très fin. Les qualités de conservation sont garanties par les fabricants mais nous n’avons pas encore suffisamment de recul pour en être absolument certains.

La toile peut être vendue vierge, apprêtée de gesso blanc ou transparent. Dans ce dernier cas, elle est prête à peindre. Si vous l’achetez vierge, il faudra vous-même l’apprêter avec du gesso ou une sous-couche adaptée à votre peinture.

Illustration des textures des toiles de lin, coton et polyester.

Le grammage de la toile peut varier de 150 à 450 g/m2.
Le grammage très important pour la stabilité du châssis et la technique employée. Si la peinture nécessite un travail en empâtement abondant ou que le format est grand, il faut une toile lourde, épaisse et bien tendue. La bonne tension de la toile est primordiale.

Baguette à châssis et traverse

Les baguettes à châssis et traverses sont souvent en épicéa ou sapin.
L’épaisseur de la baguette est très importante selon la grandeur du format choisi.

Exemples d’épaisseur des sections existantes (Catalogue Boesner 2019)
format standard: 4,5 x 2 cm, 18 à 200 cm de côté
format professionnel: 6,5 x 2,5 cm, 30 à 300 cm de côté
format musée: 6,5 x 4,5 cm, 30 à 300 cm de côté

La pose des traverses s’impose à partir de 30 cm de longueur sur un côté. Elles sont importantes pour garantir la stabilité du châssis.
Les traverses sont assemblées à tenon et mortaise, très simplement.

Encastrement des baguettes et des traverses

Les outils de fixation

  • La pince à tendre la toile: mâchoire de 6 cm à 12 cm
  • Les clous (semences de tapissier) à clouter à l’aide d’un maillet sur le côté de la baguette.
  • Les agrafes: plantées à l’aide d’une agrafeuse classique ou murale pour tendre la toile sur le côté ou à l’arrière, en complément ou non des semences de tapissier.
  • Les clés en bois: pour tendre la toile à partir d’un grand format.
    Accessoires en cas de besoin:
  • Les équerres métalliques pour renforcer ou corriger les coins si le châssis se voile, par exemple.
Arrière d’un châssis entoilé: toile agrafée à l’arrière et clés en bois maintenues pour tendre la toile.
Toile fixée avec des semences de tapissier

Le carton entoilé

Le carton entoilé est un carton épais recouvert d’une toile de coton ou de lin apprêtée au gesso blanc. Il en existe des apprêtés au gesso transparent pour mettre en valeur la texture et la couleur de la toile.
C’est un support plus rigide qu’un châssis entoilé mais il ne dispose pas d’autant de formats disponibles. L’avantage d’un châssis, c’est le fait de choisir son format sur-mesure (si on monte soi-même son châssis) ou bien d’avoir un choix immense de formats dans les châssis prêts-à-peindre.

Les formats des châssis entoilés

En France, lorsqu’on va acheter une toile en magasin, on trouve des appellations de formats un peu étranges: 2F, 6M, 4P, etc. Ce format à proprement parler ne suit aucune règle déjà vue en papeterie ou en format international. Il s’agit ici d’une autre histoire.

Le format des châssis est calculé en fonction de règles mathématiques qui offrent des proportions harmonieuses, d’après la théorie.

Le format Figure (F) est un rapport Longueur x largeur de « double coupe d’or », liée au nombre d’Or. Il serait plus propice à la peinture de portraits.
Le format Paysage (P) est basé sur un rapport du carré sur sa diagonale égal à 1,414. Soit côté x √2. Il serait plus adapté à la peinture de paysages.
Le format Marine (M) est un rapport lié au nombre d’Or. On l’utiliserait pour peindre des sujets plus étendus dans l’espace qu’en Paysage.

Ces harmonies facilitent la composition des artistes sur leur toile, surtout dans la culture occidentale.
Les dimensions des châssis entoilés s’appellent des « points » et sont visibles au verso, sur une baguette à châssis, ou bien sur l’emballage. Ce sont les indications 0P (0 Paysage), 0F (0 Figure), 0M (0 Marine),… 120P, 120F, 120M. Voici tableau ci-dessous.

Point Figure Paysage Marine
0 18×14 cm 18×12 cm 18×10 cm
1 22×16 cm 22×14 cm 22×12 cm
2 24×19 cm 24×16 cm 24×14 cm
3 27×22 cm 27×19 cm 27×16 cm
4 33×24 cm 33×22 cm 33×19 cm
5 35×27 cm 35×24 cm 35×22 cm
6 41×33 cm 41×27 cm 41×24 cm
8 46×38 cm 46×33 cm 46×27 cm
10 55×46 cm 55×38 cm 55×33 cm
12 61×50 cm 61×46 cm 61×38 cm
15 65×54 cm 65×50 cm 65×46 cm
20 73×60 cm 73×54 cm 73×50 cm
25 81×65 cm 81×60 cm 81×54 cm
30 92×73 cm 92×65 cm 92×60 cm
40 100×81 cm 100×73 cm 100×65 cm
50 116×89 cm 116×81 cm 116×73 cm
60 130×97 cm 130×89 cm 130×81 cm
80 146×114 cm 146×97 cm 146×89 cm
100 162×130 cm 162×114 cm 162×97 cm
120 195×130 cm 195×114 cm 195×97 cm

 

Bibliographie:
Dictionnaire des matériaux du peintre, François Perego, Editions Belin, 2005
Paris, capitale de la toile à peindre, XVIIIe-XIXe siècle, Pascal Labreuche, CTHS-INHA, 2015
Art hardware,The Definitive Guide to Artists’ Materials, by Steven Saitzyk © 1987

Est-ce que cet article vous a intéressé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.