ROUSSILLON: à l’origine de nos ocres

FavoriteLoadingAjouter à Coup de Coeur

Au détour de ma route vers Avignon, je me suis arrêtée à Roussillon. Petit village étonnant au cœur de la Provence, il est à l’origine de notre peinture.


Notre palette de peintre ne peut se passer de couleurs terre. Terre de Sienne, terre d’Ombre, ocres, tels sont les pigments indispensables pour composer notre gamme chromatique.

Si la plupart des pigments terre viennent d’Italie, de Chypre ou d’Espagne, les ocres viennent de France. En effet, en Provence, près de la ville d’Apt, on est ébloui par une terre couleur rouge qui supporte des pinèdes à flanc de montagne. On l’appelle le Colorado provençal. Les ocres du Vaucluse sont des pigments naturels solides à la lumière. Composées d’argile blanche ou kaolin, d’oxydes de fer jaunes ou rouge  et de silice, les ocres de Vaucluse forment le plus grand massif ocrier d’Europe et s’étend sur 25 km de long sur 4 à 5 km de large.

Le Conservatoire des Ocres a repris l’Usine Mathieu qui produisait de l’ocre entre 1921 et 1963 pour en faire un musée historique. On découvre les différentes étapes de production d’ocre jusqu’à son expédition.

Strates d’ocre jaune et ocre oxydé

L’HISTOIRE

Cette terre rouge alimentait les fours de 20 usines autour du village de Roussillon du XIXe au milieu du XXe siècle.
Au XVIIIe siècle, Jean-Etienne Astier parvient à séparer le sable de l’ocre au moyen d’un pétrin de boulanger. L’exploitation de l’ocre est alors lancée dans Roussillon. De grandes carrières d’extraction d’ocre faisaient vivre les mineurs sur toute l’année. Le conservatoire des ocres était l’Usine de production d’ocre créée par Camille Mathieu.
Les usines produisaient une ocre jaune très pure et très réputée dans la maçonnerie, les beaux-arts en tant que pigment. En tant que charge dans le latex, elle rendait le caoutchouc malléable pour fabriquer des joints, des rustines, des chambres à air…

5% de cette ocre jaune produite était calcinée en four pour devenir une belle ocre rouge.

A la belle époque, on produisait 40000 tonnes par an.

LES OCRES AUJOURD’HUI

Aujourd’hui on ne compte qu’1 tonne produite essentiellement pour les beaux-arts et la maçonnerie. Une seule usine est encore en activité.
On est capable de produire une gamme très large d’ocres allant du jaune au brun à Roussillon.
Elles s’accordent parfaitement entre elles et permettent de travailler sans erreur chromatique.

La plus grosse commande en cours vient du Maroc pour pouvoir enduire à la chaux de nouvelles habitations. Ces ocres sont chaudes et rappellent les couleurs de la Méditerranée.

Village de Roussillon

D’autres sites ocriers existent en France, notamment en Bourgogne, mais le Vaucluse reste privilégié pour sa qualité et sa finesse de pigment.

Le Conservatoire des Ocres

Usine Mathieu

84220 ROUSSILLON

Toute l’année de 9h à 18h (9h-19h en juillet-août)
fermé 25 déc, 1er janv, lundi et mardi de décembre et janvier

www.okhra.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *